Vous êtes ici

Restauration des dunes à Toul Gwenn

Date de l'actualité: 
02/02/2022

Les dunes de Toul Gwenn : un habitat rare et menacé à l'échelle européenne

Le site dunaire de Toul Gwenn, à l’entrée de l’Ile Grande, appartient pour moitié à la commune de Pleumeur-Bodou et pour l’autre moitié au Conservatoire du littoral.
Il présente des surfaces importantes d’habitats dunaires, dont une grande partie en dune côtière fixée à végétation herbacée, un habitat prioritaire de la directive européenne «Habitats-Faune-Flore», pour lequel la Bretagne a une responsabilité forte en matière de conservation.
Sur le site de Toul Gwenn (5 hectares), au sein du site Natura 2000 «Côte de Granit Rose – Sept-Iles», l’habitat «dune fixée» ou «dune grise» représente une surface d’environ 3 ha. La colonisation de cet espace par des ligneux (ronces, prunelliers), et des espèces exotiques invasives (Herbe de la Pampa) est une menace pour la conservation de sa biodiversité.
Les parcelles où seront réalisés les travaux sont gérées par la commune avec un appui technique de Lannion-Trégor Communauté, opérateur Natura 2000.

Le projet

Le projet porté par la commune de Pleumeur-Bodou consiste en des opérations de restauration des habitats dunaires par des actions de fauche avec exportation de ligneux (principalement prunelliers) et de graminées. Les travaux prévus dans le cadre du projet seront suivis d'un entretien par pâturage d’ovins comme cela se fait depuis plusieurs années.
Le site avait bénéficié en 2012-2014 d’un contrat Natura 2000 qui avait permis de lutter contre les prunelliers (interventions mécanisées) et de canaliser la fréquentation (pose de monofils...).
Afin de lutter contre le développement des prunelliers et autres broussailles et de maintenir la diversité des milieux dunaires, il a été décidé en 2017 d'entretenir le site par le pâturage. Un troupeau de moutons "Landes de Bretagne" appartenant à un éleveur local, Monsieur Le Dem, est donc accueilli chaque année après l’été pendant plusieurs semaines. Une clôture mobile permet de déplacer au fur et à mesure le troupeau sur l'ensemble du site. Cette race rustique, qui a failli disparaître (on ne comptait qu’une centaine d'individus dans les années 2000), est particulièrement adaptée à ce type de végétation.
Aujourd’hui, on constate la bonne efficacité du pâturage pour éliminer les jeunes pousses de ligneux, mais une action complémentaire est nécessaire pour éliminer les prunelliers qui avaient pu se développer avant l’arrivée du troupeau en 2017.

Plan France Relance : le projet de la commune est l'un des 100 retenus en France

Au total, ce sont 107 projets qui ont été retenus par l’Office Français de la Biodiversité (OFB), parmi plus de 220 candidats. La sélection des lauréats s’est appuyée sur l’avis des directions régionales de l’OFB en lien avec leurs partenaires (DREAL, Agences de l’eau, Conseils départementaux, Conseils régionaux, Agences régionales de la biodiversité, etc.), suivi de l’analyse d’un comité national de sélection propre à chaque appel à projet.
La restauration écologique d’écosystèmes dégradés est un enjeu majeur pour la reconquête de la biodiversité dans les territoires. L’appel à projets porté par l’OFB visait à soutenir majoritairement la restauration de milieux secs et le maintien en bon état des espèces qui y sont inféodées.

Premiers travaux fin février

Afin de limiter les impacts sur la faune (oiseaux, insectes) et de permettre le maintien de zones refuges, les opérations seront réalisées en février et réparties sur deux années (2022 et 2023).
La première intervention est programmée fin février 2022. C’est l’entreprise d’Éric Philippe de Plouigneau qui a été retenue pour cette action.
La végétation exportée va être récupérée par la société Eizhy de Hénon qui va la transformer et la valoriser en litière pour chat.